mai 27, 2024

Rapport final du plan de gestion environnementale et sociale, composante lignes.

Généralités

Le Burundi est un pays équatorial et montagneux bénéficiant d’un régime hydrologique intéressant, couplé à des possibilités de captage et de chutes favorables. Une découverte récente d’environs 180 sites montre qu’ils auraient un bon potentiel pour le gisement hydroélectrique.

Alors que la demande en électricité est en accroissement au sein du pays, l’offre est très limitée (environ 35MW d’offre effective pour une offre totale de 60MW) et 28% de l’énergie est importée. Moins de la moitié est distribuée aux ménages alors qu’ils représentent les ¾ des consommateurs, devant l’artisanat et les petites entreprises.

Enfin, le nombre d’abonnés aurait plus que doublé en 10 ans. Le Burundi est donc face à un déficit énergétique important et la demande actuelle est globalement de l’ordre du double par rapport à l’offre existante. En conséquence, la consommation électrique par personne est environ 20 fois moins importante que pour la moyenne du reste du continent africain. De ce fait, une grande partie de la population a encore recours au bois ou ses dérivés pour la cuisson et s’éclaire à la bougie et seul 3% de la population est raccordée à l’électricité.

Face à ce constat, le Burundi se fixe de nouveaux objectifs d’ici 2023 en augmentant la production énergétique, en créant des connexions supplémentaires au réseau électrique et le pays envisage un accès à l’électricité pour 15% des ménages ce qui permettra de diminuer les impacts économiques, sociétaux (pauvreté) et environnementaux.

Pour répondre à ces objectifs, le Projet Hydroélectrique de Jiji et Mulembwe (PHJIMU) sera exécuté par la Régie de Production et de distribution d’eaux et d’électricités (REGIDESO) qui assure actuellement 97% de la distribution en électricité du pays. Le complexe hydroélectrique présente deux composantes :

Le complexe hydroélectrique de de Jiji et Mulembwe présente deux composantes distinctes :

  • La première composante « Production », regroupe les aménagements hydroélectriques de Mulembwe et Jiji ;
  • La seconde composante « lignes et postes », regroupe les infrastructures nécessaires pour l’évacuation de l’énergie dans le réseau électrique Burundais soit : les postes HT/MT et les lignes d’interconnexion HT/MT au réseau national.

Seule la composante « lignes et postes » fait précisément l’objet du présent rapport.

  1. Descriptions des aménagements

Les tracés des lignes et des postes associés se situent dans les hautes terres, à l’est du Burundi. Ils débutent au Nord dans la province de Bujumbura Mairie et se terminent dans la province de Bururi au Sud. L’ensemble des lignes couvrent 131 km et traverse 13 communes.

Pour lire l’ intégralité du Rapport, veuillez sur le lien ci -contre:  PGES Lignes